Naissance du groupement des diagnostiqueurs immobiliers GPFDI 

Naissance du groupement des diagnostiqueurs immobiliers GPFDI
Sommaire

Les trois fédérations des diagnostiqueurs immobiliers, dont la CDI-FNAIM, la FIDI et SIDIANE viennent d’annoncer la création d’une Association intersyndicale. Elle est baptisée Groupement des Professionnels Fédérés du Diagnostic Immobilier ou GPFDI. Il s’agit d’une stratégie mise en place dans le but de mieux défendre l’intérêt des diagnostiqueurs immobiliers auprès des Instances Publiques.

Un tour d’horizon sur les missions des diagnostiqueurs immobiliers

Un tour d’horizon sur les missions des diagnostiqueurs immobiliers

Le métier des diagnostiqueurs immobiliers

Le secteur du diagnostic immobilier a renoué avec le succès après la crise sanitaire. Le nombre de diagnostics effectués a en effet augmenté ces deux dernières années. Le secteur réunit actuellement plus de 11.000 diagnostiqueurs.  Qui sont-ils exactement  et quelles sont leurs missions ?

Un diagnostiqueur immobilier est un professionnel certifié ayant pour mission de réaliser un diagnostic sur une maison ou un immeuble. Il intervient dans le cadre d’un projet de vente, de location ou de travaux d’amélioration de la performance énergétique d’un logement. 

Les diagnostiqueurs immobiliers exercent un métier très spécialisé. La profession exige une solide connaissance technique du bâtiment. Il faut aussi une parfaite maîtrise des méthodes appropriées pour effectuer le diagnostic. Il existe en effet des réglementations à respecter et des démarches techniques à appliquer. 

Les missions des diagnostiqueurs

Leur rôle consiste à contrôler la régularité du logement et la conformité de son installation intérieure aux normes en vigueur. Notons qu’il existe différents diagnostics immobiliers obligatoires. Cela signifie que les diagnostiqueurs ont des spécialités variées. Ces dernières incluent entre autres : 

  • le diagnostic des risques naturels et technologiques,
  • le diagnostic termites,
  • le diagnostic amiante,
  • le diagnostic au plomb,
  • le diagnostic électrique, 
  • le diagnostic de performance énergétique ou Dpe

Chaque diagnostiqueur doit rédiger un rapport après leur intervention. Le document en question met en avant les résultats des diagnostics réalisés. Il comporte des informations détaillées. Le document doit figurer dans le dossier de diagnostics techniques immobiliers à présenter avec l’acte authentique de vente ou le contrat de bail. 

Les spécialistes doivent aussi proposer des actions correctives dans le rapport lors d’un diagnostic de performance énergétique

La création du GPFDI

Faire un diagnostic constitue une tâche technique plutôt complexe. Les examens doivent être réalisés dans le respect de normes strictes et évolutives. A titre d’exemple, l’Etat a décidé de réviser les réglementations concernant le diagnostic de performance énergétique. Ces évolutions réglementaires ont un impact sur l’exercice de la profession. 

En effet, les missions de diagnostic sont devenues plus sophistiquées. Les autorités prévoient de renforcer les contrôles du travail des diagnostiqueurs. Pour couronner le tout, les démarches d’obtention de la certification DPE sont longues et onéreuses. Or, sans ce label, il est impossible de proposer des services de diagnostic

Les diagnostiqueurs immobiliers, peu importe leur domaine d’intervention, sont donc confrontés à de nombreux problèmes. Ils sont souvent liés aux obligations à respecter lors de la réalisation des diagnostics et à l’obtention des certifications. Les trois fédérations du secteur ont donc décidé d’unir leurs forces pour défendre l’intérêt des opérateurs. Ils ont annoncé la création d’une Association Intersyndicale nommée GPFDI

La création du GPFDI

Les missions du GPFDI

La principale mission du GPDFI consiste à assurer la représentation de la filière auprès des Pouvoirs publics. Elle défend aussi l’intérêt des diagnostiqueurs immobiliers auprès des différents prestataires comme les organismes de certification et les notaires. Le GPDFI doit donc participer aux instances consultatives qui pourraient façonner le marché des diagnostics immobiliers.  En effet, le groupe sera présent au sein du : 

  • Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Energétique (CSCEE),
  • Conseil National de l’Habitat (CNH),
  • comité de la rénovation,
  • compté MaPrimeRénov’….

Les trois fédérations ont justement nommé Jean-Christophe Protais de Sidiane et Lionel Janot de FIDI comme représentants du GPFDi au CSCEE. Yannick Ainouch de CDI Fnaim a été choisi comme trésorier. 

Outre le fait de représenter les spécialistes en diagnostics immobiliers obligatoires, le groupe se charge d’une autre tâche très importante. Elle consiste à analyser les problèmes auxquels est confrontée la filière et à identifier la solution. 

Les sujets liés à la rénovation énergétique à traiter en priorité

Les diagnostics obligatoires doivent être réalisés selon des normes spécifiques. Elles sont de plus en plus exigeantes pour les professionnels chargés de réaliser un DPE. Ces derniers jouent un rôle crucial dans la transition énergétique depuis la mise en vigueur de la loi Climat et résilience. 

Ce texte de loi interdit la mise en location des passoires thermiques. Ces biens sont identifiables grâce à un diagnostic rigoureux. Le GPFDI et ses membres ont alors décidé de se concentrer sur les professionnels du DPE. Ils vont discuter de trois sujets qui concernent la rénovation énergétique. 

Les sujets liés à la rénovation énergétique à traiter en priorité

Le contrôle du travail des diagnostiqueurs immobiliers

Le contrôle permet d’améliorer la qualité du travail de chaque entreprise de diagnostic. Le GPFDI va observer et analyser les statistiques individuelles des opérateurs certifiés. L’objectif de l’association consiste à établir des règles afin que le contrôle soit moins cher et plus efficace. 

L’harmonisation des processus adoptés par les organismes de certification

Pour devenir diagnostiqueur immobilier, un prestataire doit décrocher un agrément. Les organismes de certification ont tendance à imposer des conditions d’accès très différentes. Du coup, les candidats à l’agrément n’arrivent plus à les cerner. Le GPFDI prévoit donc de trouver un moyen pour harmoniser les pratiques des organismes certificateurs

L’amélioration des plannings de renouvellement des certifications

La durée de validité des certifications est limitée. Il s’agit d’une mesure prise en vue d’assurer le maintien des compétences des diagnostiqueurs. De cette manière, ces derniers peuvent établir des diagnostics de qualité à chaque mission. Ils sont tenus de suivre une formation en continue afin de pouvoir renouveler leurs agréments. Le GPFDI et ses membres vont travailler sur l’aménagement des plannings pour le rendre plus efficace. 

Un groupement approuvé par les diagnostiqueurs immobiliers

Notons que les trois fédérations n’ont pas encore évoqué leur fusion ou leur union. Chacune d’entre elles conserve leur indépendance. Mais, tous les spécialistes en diagnostics immobiliers ont salué la création du GPFDI. Lionel Janot et Yannick Ainouche ont précisé l’importance de rassembler les acteurs de la filière. Ces derniers doivent unir leur voix s’ils veulent se faire entendre. Grâce à l’association, les diagnostiqueurs peuvent participer dans la prise des décisions qui pourraient avoir un impact sur leur avenir professionnel. La fondation du GPFDI constitue une démarche cruciale à l’heure où l’Etat vise l’accélération de la rénovation énergétique.

Un groupement approuvé par les diagnostiqueurs
Picture of Laurine Soare
Laurine Soare
Laurine, rédactrice spécialisée en diagnostic immobilier, toujours à jour sur les normes et pratiques.

Obtenez -20% sur votre abonnement


Pas de spams, désinscrivez vous à tout moment.

Ceci peut aussi vous intéresser