Sécurité électrique : 8 installations sur 10 révèlent des anomalies d’après l’ONSE

Sécurité électrique 8 installations sur 10 révèlent des anomalies d’après l’ONSE
Sommaire

Ad

La fiabilité de l’installation électrique est un sujet souvent négligé. Pourtant, un léger problème pourrait provoquer de réels dangers. Selon l’Observatoire national de la sécurité électrique (Onse), 8/10 installations comportent des anomalies. Des travaux de remise aux normes sont indispensables pour optimiser leur fiabilité. Mais le succès de ce genre de procédure repose sur un diagnostic électricité précis. 

80% des installations électriques peu fiables selon l’ONSE

Il est de coutume de vérifier le DPE (Diagnostic de Performance Energétique) avant de vendre ou de louer un logement. Ce document révèle la performance énergétique du bien. Grâce au DPE, vous aurez une idée sur le confort thermique de la maison et sur le montant de la facture d’énergie. Mais ce n’est pas la seule information utile avant la signature du contrat. 

Il est tout aussi important de vérifier le diagnostic électrique. Votre sécurité en dépend. En effet, beaucoup de gens pensent qu’ils sont en sécurité chez eux. Pourtant, leurs installations électriques défectueuses les exposent à des risques d’électrocution, de court-circuit et d’incendie domestique.

Lorsque  l’incident se produit, ils sont surpris. Ils se disent : « on ne savait pas », « jamais on n’aurait imaginé courir un tel risque… ». L’ONSE a pourtant mené une étude sur la sécurité électrique. Elle affirme que plus de 8 installations sur 10 révèlent au moins une anomalie. Parfois, il faut les mettre en normes. Mais il se peut aussi qu’elles aient juste besoin d’un peu de modifications. 

80% des installations électriques peu fiables selon l'ONSE

Les causes des problèmes de sécurité électrique

Mais quelle est la cause de ce manque de fiabilité au niveau du système électrique ?  Selon l’ONSE,  83% des installations qui présentent une anomalie ont plus de 15 ans. La vétusté est donc la première cause du problème. Mais les diagnostiqueurs dénoncent également le non-respect des normes électriques.  

Les travaux ont été réalisés de manière improvisée, parfois sans même recourir à un électricien professionnel. Du coup, beaucoup de propriétaires ne disposent pas d’une installation conforme. Les dégâts non réparés s’ajoutent sur la liste. Il y a donc un manque de sérieux en matière d’habilitation électrique.

Le résultat reste le même : les installations présentent des défauts. Parmi les problèmes les plus rencontrés par les diagnostiqueurs, il y a : 

  • la défaillance de la mise à la terre qui concerne 64% des logements,
  • l’utilisation d’équipements électriques vétustes et inadaptés à l’usage, détectée dans 46% des logements,
  • les risques de contact direct concernant 41% des logements,
  • l’absence d’un dispositif de protection. 

Les dangers liés à l’électricité

Il est difficile de comprendre le jargon utilisé par les professionnels de l’électricité. Que veulent-ils dire avec « matériel électrique inadapté » et anomalies ? Les gens ignorent alors les alertes lancées sur les dangers électriques. Il faut souligner qu’il est possible de résoudre les défauts électriques sans investir une fortune, dans la plupart cas.

Notons que les dangers varient selon la nature du problème détecté. Mais tout le monde doit être conscient de la menace qui pèse sur eux. Le baromètre de l’ONSE en dit beaucoup sur le sujet. A priori, l’électrocution ou électrisation provoque 30 à 40 décès et 3.000 passages aux urgences par an. 

Les installations défectueuses provoquent aussi des incendies. Elles ont provoqué 20 à 35% des 286.000 incendies déclarés auprès des assurances en 2021. A tout cela s’ajoutent les dégâts matériels. Un seul court-circuit pourrait en effet endommager tous vos appareils électriques. Pour toutes ces raisons, vous devez régler rapidement les problèmes. Mais la question est : faut-il faire une simple mise en sécurité ou faut-il remettre aux normes l’installation ?

L’importance d’un diagnostic électrique

Le diagnostic électrique est obligatoire lors d’une vente ou d’une mise en location selon la loi Alur sur l’immobilier. Cette mesure s’applique sur les biens immobiliers qui ont une installation électrique vieille de plus de 15 ans.

Un diagnostic électrique, c’est quoi ? 

Il s’agit d’un document élaboré après la réalisation d’un examen minutieux de l’installation électrique intérieure et extérieure du logement. C’est un diagnostiqueur certifié qui doit effectuer cette inspection. Tous les composants du circuit électrique vont passer au crible. A titre d’exemple, le diagnostiqueur vérifie : 

  • la présence d’un appareil général de commande,
  • la présence d’équipements de protection,
  • l’emplacement des interrupteurs et des prises,
  • le bon fonctionnement de chaque équipement électrique en place,
  • l’état des fusibles, des disjoncteurs et des dispositifs différentiels,
  • la présence d’un conducteur de terre,
  • les classes de sécurité des installations. 

Pourquoi faire un diagnostic ?

Le diagnostic est un outil qui permet de vérifier la fiabilité de toute installation électrique. En effet, dans son rapport, votre diagnostiqueur indique si elle répond à la norme électrique en vigueur. Le document vous aidera à mieux comprendre tous les dangers liés à l’état de votre installation. 

Bien entendu, il faut mentionner le fait de se soumettre aux réglementations. Le non-respect des normes électriques  pourrait en effet vous exposer à diverses sanctions ( le paiement d’une amende ou une peine de prison)

Mais faire un diagnostic, c’est aussi pouvoir réaliser la réparation de votre installation avec succès. En effet, connaître les anomalies est un moyen de trouver les bonnes solutions. Grâce au diagnostic donc, vous pouvez planifier la procédure de mise aux normes. 

Comment réaliser un bon diagnostic pour la sécurité électrique ?

Pour réussir le diagnostic électrique, il faut faire appel à un professionnel certifié. Un bon diagnostiqueur connaît les règles de sécurité. Il peut donc évaluer l’état de votre installation et identifier tout-risque de danger. Vous pouvez donc la rénover dans les règles de l’art. Cela vous permet d’assurer sa conformité électrique. Notons que le diagnostiqueur doit vérifier 6 points précis à savoir : 

  • le respect de la norme NFC 15-100,
  • l’état du tableau électrique,
  • la présence d’un disjoncteur général,
  • une mise à la terre,
  • l’état de l’installation dans les pièces d’eau,
  • l’état des câbles électriques. 

La réalisation d’une mise en conformité aux normes

Il faut avant tout souligner qu’il y a une différence entre la mise aux normes électriques et la mise en sécurité électrique. Cette dernière consiste uniquement à faire quelques changements pour rendre l’installation fiable. 

En revanche, les travaux de remises aux normes sont des opérations plus complexes. Il faut opérer un grand changement pour que les installations soient conformes à la norme NF C 15-100 en vigueur depuis 1991. Elle présente le nombre minimum des prises de courant électrique qui doivent se trouver dans les pièces. Elle révèle aussi les dispositifs de protections qu’on doit trouver dans le logement.  Enfin, les normes de sécurité mentionnent également la puissance de chaque appareil électrique que vous pouvez utiliser.  Notons que seul un électricien professionnel certifié peut effectuer des travaux de sécurité électrique conformes. Sinon, vos efforts de rénover vos installations seront vains. Il doit aussi être bien outillé pour pouvoir assurer le bon fonctionnement des installations.

La réalisation d’une mise en conformité aux normes
Picture of Laurine Soare
Laurine Soare
Laurine, rédactrice spécialisée en diagnostic immobilier, toujours à jour sur les normes et pratiques.

Ad

Obtenez -20% sur votre abonnement


Pas de spams, désinscrivez vous à tout moment.

Ceci peut aussi vous intéresser